Les amies de Morges

Des hommes se suicident, la police fait les constats d’usage, chacun son rôle. Tant que les statistiques ne s’emballent pas, tout baigne. Cependant nos seconds couteaux (le Philip Marlowe du Bosphore et le Sam Grunion des Cent-Portes) relèvent d’étranges similitudes entre les suicidés. De là à soupçonner l’existence d’une secte, d’une bande… L’enquête se transforme progressivement en course contre la montre et se termine par un spectacle dans lequel ils décident qu’il est préférable d’être spectateurs qu’acteurs. «Claire regarda brièvement la photo des dix-huit amies –dont quatorze étaient présentes ce soir-là– encadrée au mur et surmontée d’un sous-verre abritant une vieille lettre à l’encre pâlie qu’elle ne pouvait lire à cette distance mais dont elle connaissait, comme les autres, le texte par cœur: “C’est par mon ordre et pour le bien de l’État que le porteur du présent a fait ce qu’il a fait. 5 décembre 1627. (s) Richelieu”. Bietrix l’avait trouvée chez un marchand d’autographes et pensé qu’elle ferait une très bonne devise pour leur association.» (p. 31)

CHF20.00

Lors de la commande vous pourrez ajouter une dédicace personnalisée depuis le cadre « Notes de la commande ».
Cette option est disponible uniquement sur les livres HHA.

Description

En 2009, quinquagénaire avancé, le sculpteur, peintre et dessinateur lausannois Henry Meyer cesse de sculpter, de peindre et de dessiner pour se consacrer à l’écriture. Sans préméditation, il produit un roman policier, plus précisément un roman peu policier. Non seulement il crée du premier coup un genre particulier, mais il adopte d’entrée une écriture personnelle avec des personnages caractéristiques dans une ville parallèle. «Ces histoires peu policières se passent dans une ville “imaginaire mais presque”. La richesse des genres, le foisonnement des références, l’ouverture du français à des expressions locales apportent un ton nouveau à la littérature romande.» (Coopération, 23.12.2013)

Informations complémentaires

Auteur

Henry Meyer